top of page

Phtalates et risques d'accouchement prématuré



Associations Between Prenatal Urinary Biomarkers of Phthalate Exposure and Preterm Birth: A Pooled Study of 16 US Cohorts.

Welch BM, et al. JAMA Pediatr. 2022 Sep 1;176(9):895-905. doi: 10.1001/jamapediatrics.2022.2252.



Il s’agit d’une étude américaine prospective multicentrique poolée de 16 cohortes (6045 participantes) rapportant que l’exposition aux phtalates pendant la grossesse est associée avec un risque majoré de prématurité qui a été chiffré entre 12 et 16 % selon les métabolites urinaires des phtalates dosés pour les quartiles supérieures comparés au quartiles inférieurs.

En outre les auteurs ont calculé le bénéfice d’une réduction de 50% des phtalates dont on sait qu’ils ont une demi-vie de moins de 24h et sont éliminés rapidement dans les urines : ce qui pourrait s’obtenir avec quelques conseils simples sur les cosmétiques, les emballages alimentaires, les aliments ultra-transformés et les sols en PVC.

Ils ont calculé que pour la France le bénéfice serait de 12% soit 7500 naissances prématurées en moins.




1) il s'agit de cohortes prospectives avec analyse multivariée prenant en compte les autres facteurs de risque de prématurité

2) la taille de la population >6000 n'est pas négligeable

3) le 12 ou 15 % d'augmentation de risque est loin d'être négligeable non plus lorsqu'on sait qu'avec une augmentation similaire ou plus faible a conduit à critiquer pendant plus de 15 ans le traitement hormonal de la ménopause par rapport au risque de cancer du sein

4) le rôle éventuel d'autres perturbateurs endocriniens n’est pas à exclure avec un possible un effet cocktail n'enlevant rien à l'affaire

5) la prévention est ici relativement simple, vérifiable et peu onéreuse

6) l'intérêt de réduire l'exposition aux phtalates a d’autres avantages vu les risques de cette exposition fœtale (troubles neurodéveloppementaux, obésité, asthme, troubles de la reproduction.

Pr P.FÉNICHEL

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page